Pierre Gramegna and Carole Dieschbourg present the new "Luxembourg Sustainable Finance Roadmap"

On Thursday, October 4, 2018, the Minister of Finance Pierre Gramegna, the Minister for the Environment Carole Dieschbourg and the Head of the Finance Initiative of the United Nations Environment Programme (UN Environment) Eric Usher presented the new "Luxembourg Sustainable Finance Roadmap" (LSFR) and its recommendations.

Pierre Gramegna and Carole Dieschbourg present the new "Luxembourg Sustainable Finance Roadmap"
©MFIN

 

Building on recent successes in the area of sustainable finance, the Ministry of Finance and the Department of Environment of the Ministry of Sustainable Development and Infrastructure mandated the UN Environment Finance Initiative in January 2018 to develop a roadmap for sustainable finance, the LSFR. The roadmap was drafted with the support of Innpact, a Luxembourg-based impact-financing specialist, and in close collaboration with the financial sector. The Association of Banks and Bankers Luxembourg (ABBL), the association of the Luxembourg fund industry (ALFI), the professional association of Luxembourg insurers and reinsurers (ACA), the Central Bank, the Financial Sector Supervisory Commission (CSSF), the Luxembourg Stock Exchange all have participated. Furthermore many representatives of the civil society have participated in this open, creative and inclusive process involving various working groups and interview sessions.

The aim of the roadmap is to draw up an inventory of existing initiatives in Luxembourg in the field of sustainable finance, and to lay the foundation for a sustainable finance strategy, contributing to the  Agenda 2030 and the objectives of the Paris Agreement. Furthermore, it aims to consolidate the leading role of Luxembourg’s financial center in the field of sustainable finance. Today, Luxembourg ranks 2nd when it comes to Green Finance penetration, after the UK. This Roadmap is ambitious in terms of Luxembourg’s contribution to sustainable development and to European and international climate initiatives.

The recommendations touch on many aspects of the financial market, such as the development of financial products for sustainable finance, the development of training and education programs for the needs of the financial sector, or the promotion of innovation to facilitate the financing of sustainable development.

In the coming years, the recommendations put forward in the roadmap will have to be supplemented by further analysis, in order to develop a plan of concrete measures to be carried out in the coming years. To achieve this goal, the Ministers announced the establishment of a public-private entity, the "Luxembourg Sustainable Finance Initiative", bringing together relevant actors in the field of sustainable finance and, which will be co-chaired by the Ministry of Finance and the Department of the Environment of the Ministry of Sustainable Development and Infrastructure. The entity will be the ideal forum for developing the National Strategy for Sustainable Finance for Luxembourg based on the key elements of the LSFR. It will also serve as a platform for discussion and analysis of the feasibility and impact of measures stemming from the LSFR recommendations.

Eric Usher, Head of UNEP FI, said: “Luxembourg is setting the course for sustainable finance to fulfil its critical role in achieving sustainable development. Sustainability is increasingly a performance driver, a trillion dollar investment opportunity that needs to be at the heart of the business strategies of banks, insurers and investors. This comprehensive study provides important guidance to Luxembourg, and other countries establishing roadmaps for a sustainable future. Luxembourg is demonstrating leadership by acting on two key recommendations of our report - developing a national sustainable finance strategy and creating a Sustainable Finance Initiative to co-ordinate implementation.”

The Minister of Finance Pierre Gramegna commented: “This roadmap builds on the strong collaborative spirit that exists here in Luxembourg between the financial center, the government and the civil society in the field of sustainable finance. It is thanks to the efforts of all these actors that Luxembourg has established itself as one of the European leaders in this field and continues to shape the future of sustainable finance”

The Minister for the Environnement Carole Dieschbourg added: “Implementing the Paris Agreement and the UN 2030 Agenda requires fundamental changes in the global financial architecture. I am convinced that the recommendations contained in this roadmap will contribute to rapidly shifting from high-carbon investments towards energy and resource efficient alternatives, based on renewable energy technologies.”

 

Press release by Ministry of Finance / Departement of Environment of the Ministry of Sustainable Development and Infrastructure

Original version of the News

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, et le chef de l'initiative financière du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), Eric Usher, ont présenté, le 4 octobre 2018, la nouvelle "Luxembourg Sustainable Finance Roadmap" (LSFR), ainsi que ses recommandations.

Forts des récents succès dans le domaine de la finance durable, le ministère des Finances et le Département de l'environnement du ministère du Développement durable et des Infrastructures ont mandaté en janvier 2018 l'initiative financière du PNUE pour élaborer une feuille de route de la finance durable pour le Luxembourg (LSFR). Elle a été élaborée par un groupe d’experts se composant notamment d’Innpact, un spécialiste en Impact Financing établi au Luxembourg, et de plusieurs acteurs du secteur financier. L’Association des banques et banquiers Luxembourg (ABBL), l’Association luxembourgeoise de l’industrie des fonds d’investissements (ALFI), l’Association des compagnies d’assurance et de réassurance (ACA), la Banque centrale, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) et la Bourse de Luxembourg y ont été associés. Des représentants de la société civile ont également participé à ce processus ouvert, créatif et inclusif. Les travaux ont été menés dans différents groupes de travail et des séries d’interviews.

L’objectif de la feuille de route est de dresser un inventaire des initiatives déjà existantes au Luxembourg dans le domaine de la finance durable. Les bases d’une stratégie financière durable, contribuant à l’Agenda 2030 et aux objectifs de l’accord de Paris, pourront ainsi être jetées.  Elles permettront de consolider davantage le rôle leader de la place financière dans le domaine de la finance durable. En effet, le Luxembourg occupe la deuxième place au classement de la pénétration des finances vertes, juste après le Royaume-Uni. Cette feuille de route est par ailleurs ambitieuse en termes de contributions du Luxembourg au développement durable et aux initiatives climatiques européennes et internationales.

Les recommandations formulées dans la feuille de route touchent à plusieurs domaines de la place financière, comme par exemple, le développement de produits financiers de la finance durable, l'élaboration de formations et de programmes d’éducation pour les besoins du secteur financier, ou la promotion de l’innovation pour faciliter le financement d’un développement durable.

Au cours des années à venir, les recommandations devront être complétées par des analyses plus poussées, afin de développer un plan de mesures concrètes et adaptées. Pour atteindre cet objectif, les ministres ont annoncé la mise en place d’une entité publique-privée, la "Luxembourg Sustainable Finance Initiative", regroupant les acteurs pertinents du domaine de la finance durable et co-présidée par le ministère des Finances et le Département de l’environnement du ministère du Développement durable et des Infrastructures. L’entité mentionnée ci-dessus constituera l’enceinte idéale pour élaborer la stratégie nationale de la finance durable pour le Luxembourg, en se basant sur les éléments clés figurant dans la LSFR. Elle servira en outre de plateforme de discussion concernant l’analyse de la faisabilité et de l’impact des mesures découlant des recommandations de la LSFR.

Eric Usher, responsable du PNUE FI, a déclaré: "Le Luxembourg prépare le terrain pour que la finance durable puisse remplir son rôle dans la réalisation du développement durable. La durabilité est de plus en plus un facteur de performance, c’est-à-dire une opportunité d’investissement d’au moins 1.000 milliards de dollars, qui se trouve au cœur des stratégies commerciales des banques, des assureurs et des investisseurs. Cette étude approfondie fournit des orientations importantes au Luxembourg et à d'autres pays en vue d'établir des feuilles de route pour un avenir durable. Le Luxembourg fait preuve de leadership en donnant suite à deux recommandations clés de notre rapport - élaborer une stratégie nationale de financement durable et créer une initiative de financement durable pour coordonner la mise en œuvre."

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a souligné: "Cette feuille de route témoigne de l’esprit de collaboration, qui existe ici à Luxembourg entre le secteur financier, le gouvernement et la société civile, dans le domaine de la finance durable. Grâce aux efforts fournis par tous au cours des années, le Luxembourg s’est établi comme un des leaders européens dans ce domaine, et c’est ensemble qu’on développera l’avenir de la finance durable."

La ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, conclut: "La mise en œuvre de l’accord de Paris et de l’Agenda 2030 passe inévitablement par des changements fondamentaux de l’architecture financière internationale. Je suis convaincue que les recommandations de cette feuille de route nous aideront à accélérer la réorientation des flux financiers vers des solutions basées sur les énergies renouvelables et une gestion efficace des ressources, y compris de l’énergie."

Initiatives dans le domaine de la finance durable

Au cours des dernières années, la place financière luxembourgeoise s’est établie comme le leader européen dans la finance verte et soutenable. Elle est engagée dans le développement de produits financiers respectant les critères Environmental Social and Governance (ESG), notamment à travers de sa bourse, le Luxembourg Stock Exchange, qui a coté en 2007 la première obligation verte.

Luxembourg Green Exchange

En 2016, la bourse du Luxembourg a lancé le Luxembourg Green Exchange (LGX), la première plateforme mondiale de cotation dédiée exclusivement aux obligations vertes.

Climate Finance Task Force

En 2015, l’État a lancé ensemble avec les acteurs privés de la place financière la Climate Finance Task Force (CFTF). Ce groupe de travail vise à développer des initiatives dans le domaine de la finance verte et durable afin de consolider la position du Luxembourg comme véritable centre financier dans la matière.

LuxFLAG - Climate Finance Label et Green Bond Label

À travers la CFTF, LuxFLAG, l’agence luxembourgeoise de labellisation, a lancé le Climate Finance Label en 2016, et le Green Bond Label en 2017 afin d’améliorer la transparence des investissements climatiques et verts et d’assurer la confiance des investisseurs dans ce marché.

Luxembourg-EIB Climate Finance Platform

En 2016, le gouvernement luxembourgeois a conclu un partenariat avec la Banque européenne d’investissement (BEI) en vue de créer le Luxembourg-EIB Climate Finance Platform, visant à accroître l’effet de levier sur les investissements privés en faveur de projets climatiques, en atténuant leurs risques financiers.

Climate Finance Accelerator

Ensemble avec huit partenaires privés, le Luxembourg a lancé en 2017 le Climate Finance Accelerator qui offre un support technique pour les gestionnaires de fonds d’investissements souhaitant investir dans des projets innovants ayant un impact positif sur le climat.

Forestry and Climate Change Fund

Le Forestry and Climate Change Fund, un fonds visant à soutenir la bonne gestion des forêts secondaires en Amérique centrale, a été également créé en octobre 2017 ensemble avec les banques et assureurs luxembourgeois.

Lettre de gage "énergies renouvelables"

En 2018, le gouvernement a établi un cadre légal pour un nouveau type de lettres de gage axées sur les énergies renouvelables. La lettre de gage «énergies renouvelables» est un instrument nouveau pour contribuer au financement des installations servant à la génération d'énergies renouvelables, c’est-à-dire "toute énergie produite à partir de sources non fossiles renouvelables, à savoir, énergie éolienne, solaire, aérothermique, géothermique, hydrothermique, marine et hydroélectrique, biomasse, gaz de décharge, gaz des stations d’épuration d’eaux usées et biogaz et l'énergie produite à partir de sources similaires".

Communiqué par le ministère des Finances / ministère du Développement durable et des Infrastructures 

Last update