Entrevue de Jean Asselborn avec le président du Comité international de la Croix-Rouge, Peter Maurer

Dans le cadre de sa visite de travail au Luxembourg les 9 et 10 juillet 2018, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer, a été reçu par le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, pour une réunion de travail.

Jean Asselborn avec le président du Comité international de la Croix-Rouge, Peter Maurer
©MAEE

 

Les discussions du ministre des Affaires étrangères avec le président du CICR ont permis de faire le point sur l’accord de partenariat stratégique (2017-2020) entre le Luxembourg et le CICR. Se félicitant de l’excellente collaboration, le ministre Asselborn a précisé qu’"ensemble, avec le CICR, nous continuerons à accorder une attention particulière aux conséquences humanitaires des conflits chroniques, crises sous-financées et aux personnes vulnérables − conformément aux axes prioritaires de la stratégie humanitaire luxembourgeoise et aux engagements pris par le gouvernement luxembourgeois lors du Sommet humanitaire mondial".

Les échanges de vues ont également permis de passer en revue les principaux défis en termes d’interventions humanitaires et plus particulièrement les risques et menaces auxquels sont confrontés les travailleurs humanitaires sur le terrain. "Le Luxembourg est très préoccupé par l’ampleur des crises humanitaires", a souligné le ministre Asselborn avant de préciser que "pour éviter une escalade des crises humanitaires, nous devons être prêts à nous engager dans la durée et accompagner les pays et régions concernées jusqu’à la phase de recouvrement et même au-delà". 

Le chef de la diplomatie luxembourgeoise et le président du CICR se sont ensuite livrés à un tour d’horizon des principaux foyers de crise, en évoquant notamment les situations au Sahel, au Myanmar, au Nicaragua, à Gaza, en Syrie et au Yémen.

D’une même voix, ils ont souligné l’importance de renforcer l’engagement politique à côté de l’engagement humanitaire, afin de surmonter le clivage qui se creuse entre les normes du droit international et leur respect. "L’humanisme se trouve sur une pente glissante, même en Europe, et cela doit renforcer notre détermination à promouvoir le respect du droit international humanitaire et à soutenir l'action du CICR", a expliqué Jean Asselborn, en rendant hommage à l’ensemble des collaborateurs du CICR "qui, de par leurs efforts infatigables, représentent le meilleur de l’humanité."

 

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes

Dernière mise à jour